29 septembre 2007

perspective

      

 

QUELQUES NOTIONS DE DESSIN EN PERSPECTIVE

 

     La représentation d’un monde en 3 dimensions en utilisant que 2 dimensions pose évidemment problème…

     Comment voit-on la profondeur ? Comment la représenter ?

 
        L’image ci-dessous donne une première idée de représentation en perspective :

        Toutes les arêtes parallèles rendant compte de la profondeur se coupent en un seul point.

     Ce point est appelé POINT DE FUITE.

     Il est situé sur une ligne horizontale située à la hauteur des yeux de l’observateur (du dessinateur). C’est

     la   LIGNE D' HORIZON.

 

vf02

 

 

         Voici une schématisation rendant compte de ces concepts de base..

         Les objets ont une face parallèle au tableau et les autres faces perpendiculaires à de tableau.

 
     L’emplacement de l’observateur est appelé POINT DE VUE.

     On suppose donc que l’observateur n’a qu’un œil et qu’il est parfaitement immobile !

     Le dessin en perspective obtenu apparaît donc insuffisant pour rendre compte de l’exacte perception !

 

vf11


vf12


 

        La position de l’observateur par rapport à l’objet –donc la position de la ligne d’horizon et du point de fuite –

       entraine  une représentation propre à cette position.

        Voici différentes représentations d’une maison :

 

II3

II4

               Ce type de représentation est appelé PERSPECTIVE PARALLELLE OU FRONTALE.

 

        - Chaque objet a une face parallèle au plan du dessin

          - Toutes les verticales conservent leur propriété sur le dessin

          - Toutes les horizontales parallèles au plan du dessin conservent leur propriété

          - Toutes les lignes fuyantes se rejoignent sur la ligne d’horizon au même point de fuite.

          - Le point de fuite se situe exactement face à l’observateur

 

 
                 Voici l’Ecole d’Athènes, de Raphaël, qui utilise cette représentation en perspective.


vf14b


 

       UNE AUTRE VUE EN PERSPECTIVE...

       Si aucune face de l’objet n’est parallèle au tableau, on ne peut utiliser la perspective frontale.

        Nous allons examiner le cas où, seule, une arête est parallèle au tableau :

 


vo3

            Les lignes horizontales vont donc converger vers des points de fuite différents, mais toujours situés sur la ligne

        d’horizon.

           Voici deux objets vus en en perspective oblique


III2b1



III1b

                          En résumé :

 

                Dans un dessin en perspective OBLIQUE,

               - Chaque objet a, au premier plan, une arête parallèle au plan du dessin

               - Toutes les verticales conservent leur propriété sur le dessin

               - Toutes les lignes fuyantes convergent sur la ligne d’horizon vers deux points de fuite.

 

 

LA DIVISION DE L'ESPACE

           Comment représenter la division de l’espace en profondeur ?

                         Premier exemple.

 

          C’est le cas classique des arbres le long d’une route. Voici comment on peut opérer :


div04B


 

           La premier arbre étant dessiné, on joint A et B au point de fuite P.

          On détermine l’emplacement du second arbre : D

          On trace DC

         On trace les diagonales AD et CB qui se coupent en O

         On trace OP.

 

         OP coupe CD en H

        On trace AH que l’on prolonge jusqu’à BP.

        On obtient le point E, emplacement du 3ème arbre.                                                                          

        CJ permettra de trouver l’emplacement de l’arbre suivant.

                                        Et ainsi de suite…


 

                Second exemple .

 

          Nous voulons diviser les faces latérales d’un volume parallélépipédique en parties égales.

          Sur le côté A, la face doit être divisée en 4 parties.

          Sur le côté B en 6 parties.


div07


 

       La  parallèle à la ligne d’horizon, menée par H est appelée ligne de mesure.
        HC est la projection de HA et HD la projection de HB.
        On divise HC en 4 parties égales et HD en 6 parties égales.

En joignant O au points de division, nous obtenons leur projection sur AH et BH.

       Nous traçons les parallèles (lignes verticales) à OH.
        Il  ne reste plus qu’à effacer les traits de construction.

 

                  Remarques.

                  Il n’est pas nécessaire de tracer chaque trait de construction dans son intégralité. On peut se contenter de

        marquer les points recherchés : (les points d’intersection).

 

                 Il est possible de vérifier la construction en utilisant la "méthode des diagonales" que nous avons utilisée dans

        l’exemple précédent...


          Si vous souhaitez approfondir ce sujet rendez-vous sur mon autre blog :

http://dessin3d.canalblog.com

 

 

 

 

 

Accueil


19 septembre 2007

Qui suis-je ?

Qui suis- je ?

 

Je suis né à Nantes au printemps 1941. Et oui, au siècle dernier, durant une bien triste période...

A l'école, pas d'Arts Plastiques : on avait autre chose à faire ! Mais un maître donnait de son temps, le jeudi matin pour initier au dessin. Alors je suis allé apprendre à dessiner. Je me souviens d'une route en perspective, bien droite, aux arbres bien réguliers : le bonheur ! Et puis, j'avais un cahier de récitations joliment illustré, parait-il. Oui, j'aimais dessiner, colorier : que d'albums ai-je remplis !

Au lycée : merveille. Cours de dessin, salle de dessin, tabouret.... Hélas, trois fois hélas, j'y fus dégoûté des natures mortes et presque, du dessin et de la peinture. Quel intérêt à dessiner un vague pot avec pour objectif premier de le bien viser avec son crayon , le pouce ferme et décidé afin de respecter les proportions.? J'ai quand même un bon souvenir : "Imaginez une pochette de disque" ; et les 78 tours, c'était grand ! Un régal.

Je me rattrapais sur les cartes de géographie : j'adorais. Panoplie de crayons de couleurs, encre de chine... Ah ! Dessiner les Alpes avec les chaînes , les cols; bien écrire tous les noms au porte-plume... Et les fleuves avec tous leurs affluents, les villes qu'ils traversaient... Du coup, j'étais bon en géographie !

Et puis le dessin a disparu. On ne joue plus quand l'objectif s'appelle Baccalauréat !....

Je passe sur les décades suivantes. Vie familiale et professionnelle. Pas de temps à consacrer à la peinture mise à part une parenthèse de 2 ans où j'ai pu barbouiller quelques huiles.

La retraite est arrivée et j'ai fait ce que j'avais repoussé à cette période : des années bien remplies ! Enfin, j'ai pu  m'intéresser à la peinture ! C'était en 2004.

J'ai lu tout ce que j'ai trouvé, j'ai sillonné le Net et je m'y suis mis, pour de bon. J'ai appris (j'apprends toujours) sur le tas.

Je parviens à peindre des  paysages, des portraits. Huile, crayons, pastels secs.

Je peins, oui, mais comme chacun peut le faire en s'y mettant.

L'Artiste, lui, a ce coup de crayon, ce coup de pinceau qui lui permet de transcender la réalité telle que nous ne la percevons pas, de s'évader du rationnel.

Récemment, on m'a demandé pourquoi je peignais. Vaste question qui m'a laissé rêveur.

Est-ce que je peins parce que j'aime les toiles des grands peintres, agissant alors comme l'enfant qui veut imiter les adultes ?

Est-ce que je peins pour enjoliver ce que je vois ? Pour rêver, en somme...

Est-ce que je peins pour donner un but à ma nouvelle tranche de vie ? Pour pouvoir dire :"Je suis capable d'y arriver"... Un défi ? Ou de la vanité ?

Est-ce que je ne peins pas tout simplement pour le plaisir ?

Peu importe... J'aime peindre : je peins...

                                                                         *

                                                                   *          *

Alors, pourquoi ce blog ? me direz-vous ...

Parce que j'ai la faiblesse de penser qu'il pourra peut-être aider quelque débutant amoureux de peinture  recherchant sur la Toile de quoi se lancer...

Si c'est ton cas, ami lecteur, ne t'y trompe pas : pas de conseils dans ces pages, pas de recettes.

Donner des conseils ou des recettes est le plus souvent illusoire; c'est même parfois une erreur grave pouvant annihiler la prédisposition à une démarche originale. C'est à chacun, compte tenu de ses aptitudes et de son tempérament de se forger  sa méthode.

Tu ne trouveras donc dans l'annexe "Pas à pas" que quelques indications sur "ma façon de faire" avec les résultats qui en découlent. A toi de voir si tu peux en tirer quelque profit.

 

Merci d'avoir pris le temps de lire ces lignes et bonne promenade dans les galeries si tu es tenté par la visite...

 

Accueil       

 

Posté par JCC à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]